BEA-mer - Ressources externes

1

Rapport d’enquête technique

Résumé BEAmer : le 26 avril 2016, en milieu d’après-midi, le caseyeur en bois STEREN MOR basé à Roscoff, est en route vers ses lieux de pêche situés en Manche Ouest. Le navire vient de traverser la zone de trafic située au nord-est dans le prolongement du D.S.T. d’Ouessant lorsque l’alarme de niveau d’eau du peak avant retentit, suivie peu après de l’alarme de niveau d’eau de la cale contenant le vivier. Le navire se trouve alors à environ 50 milles dans le nord de l’île d’Ouessant. Une importante quantité d’eau est constatée dans la cale. Au bout d’une heure, malgré la mise en œuvre des moyens de pompage du bord, le niveau d’eau continue de monter. Le patron du STEREN MOR diffuse un Mayday par VHF, reçu par le navire de pêche FANETTE qui le relaie au CROSS Corsen. Plusieurs navires se déroutent. Le patron du STEREN MOR, craignant un naufrage imminent, ordonne à l’équipage de capeler les combinaisons d’immersion et d’évacuer le navire à bord d’un radeau de sauvetage. Le CROSS Corsen fait intervenir un hélicoptère de la Marine nationale qui récupère l’équipage du STEREN MOR sain et sauf vers 16h00. Les naufragés sont acheminés vers la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic. Un peu plus tard, le même hélicoptère de la Marine nationale dépose une balise de repérage sur le STEREN MOR, qui est resté à flot. Le lendemain, le STEREN MOR est toujours à la dérive. Une mise en demeure d’enlèvement de l’épave est adressée par le préfet maritime de l’Atlantique à l’armateur du navire. Trois hommes d’équipage dont le patron sont déposés à bord. Le navire, disposant de sa propulsion, est escorté successivement par deux navires de service public et rallie le port de Douarnenez le 28 avril 2016 en milieu de nuit. Après assèchement du compartiment envahi, le navire est hissé sur la cale du port de pêche. L’origine de la voie d’eau est découverte. Il s’agissait d’une gerce sur la paroi horizontale haute du vivier. La pompe de 180 m3/h qui assurait le renouvellement constant en eau du vivier, remplissait donc la cale par cet orifice. Le patron ayant stoppé la pompe avant d’abandonner le navire, celui-ci s’est maintenu à flot. A la suite de l’analyse de l’événement, le BEAmer émet des recommandations dont la réalisation doit être suivie conformément aux exigences de l’article R 1621-9 du code des transports.

Partager

AGENDA

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de l'IMP. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

VOIR AUSSI

1

ACTUS JURIDIQUE

RESSOURCES EXTERNES

ACTES, COLLOQUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Aucun article !



ANCRONS LA SÉCURITÉ
AU CŒUR DU MÉTIER